Blog de GOLDEN-AGE-OF-HOLLYWOOD STUDIO / 20th Century Fox Film Corporation ou 20th Century Fox (anciennement Twentieth Century-Fox Film Corporation de 1934 à 1985) est l'une des plus grandes sociétés de production cinématographique. Elle a été créée en 1915 en tant que Fox Film, par William FOX et fusionna ensuite avec Twentieth Century Pictures, créée en 1933 par Darryl F. ZANUCK (un ancien producteur de Warner Brothers) et Joseph SCHENCK (l'ancien président de United Artists). La Fox Film Corporation est créée en 1915 par le pionnier William FOX, par la fusion de ses deux sociétés fondées en 1913 : Greater New York Film Rental, une firme de distribution, et Fox (ou Box, suivant d'autres sources) Office Attractions Company, une compagnie de production. Ce regroupement entre distribution et production est un des premiers exemples d'intégration verticale. Un an auparavant, cette dernière avait distribué le dessin animé "Gertie the Dinosaur" de Winsor McCAY. La Fox se concentra d'abord sur l'acquisition et la construction de théâtres. Ainsi, le cinéma était secondaire. Les premiers studios furent installés à Fort Lee, dans le New Jersey, mais en 1917, William FOX envoya Sol M. WURTZEL à Hollywood (Californie) pour créer un nouveau studio à la côte ouest, le climat étant, là-bas, plus accueillant et favorable à la création de nouveaux films. Avec l'introduction de technologies du son, la Fox acquis les droits du processus sound-on-film. Dans les années 1925-1926, la Fox acheta les droits sur les travaux de Freeman Harrison Owens, les droits américains du Tri-Ergon, système inventé par trois inventeurs allemands, et le travail de Theodore CASE. Avec ces trois brevets, la Fox créa Movietone, connu aussi sous le nom de « Fox Movietone ». Plus tard durant cette année, la société commença à produire des films avec des effets sonores, et l'année suivante créa l'hebdomadaire Fox Movietone News, publié jusqu'en 1963. La société ayant de plus en plus besoin d'espace, elle dut en 1926 acquérir 300 acres (1,2 km²) de terrain, dans la campagne à l'ouest de Beverly Hills et construit le Movietone City, le plus grand studio de cinéma de son époque. Lorsque Marcus LOEW (fondateur de la Metro-Goldwyn-Mayer) mourut en 1927, la Fox proposa à la famille LOEW de racheter ses droits. En effet, LOEW's Inc. contrôlait plus de 200 théâtres et le studio de la MGM (dont les films sont actuellement distribués internationalement par la Fox). Quand la famille accepta l'offre, la fusion de la Fox et de LOEW's Inc. fut alors annoncée en 1929. Mais le directeur de la MGM, Louis B. Mayer, n'ayant pas reçu de proposition de fusion, riposta. Grâce à ses connexions politiques, Louis B. MAYER appela le ministère de la Justice à bloquer la transaction. Heureusement pour Louis B. MAYER, William FOX eut, à l'été 1929, un accident de voiture, et perdit une partie de sa fortune lors du Krach de 1929, qui mit un terme aux négociations. Surchargé et proche de la faillite, William FOX vit son empire détruit et s'est même retrouvé en prison. Fox Film, avec plus de 500 théâtres, fut placé en liquidation judiciaire. Une banque fut chargée de la réorganisation de l'entreprise, mais il était clair que seule une fusion pouvait permettre à la Fox de survivre. Les nouveaux propriétaires et le présidant Sidney KENT négocièrent avec une organisation indépendante mais très puissante appelée Twentieth Century Pictures au début du printemps 1935. Twentieth Century Pictures était un studio d'Hollywood indépendant créé en 1933 par Joseph M. SCHENCK (ancien président de United Artists), Darryl F. ZANUCK de Warner Brothers, William GOETZ de Fox Films et Raymond GRIFFITH. Le soutien financier était apporté par Nicholas SCHENCK, frère cadet de Joseph M. SCHENCK et par le beau-père de GOETZ, Louis B. MAYER, alors à la tête de la MGM. Les produits de Twentieth Century Pictures étaient distribués par United Artists (UA), et étaient filmés dans différents studios. SCHENCK fut président de la 20th Century, tandis que ZANUCK fut nommé vice-président chargé de la production, et que GOETZ était vice-président. Leur première réussite fut, en 1934, "La Maison des Rothschild", nommé aux oscars pour « meilleur film ». En 1935, ils produisirent "Les Misérables", de Victor HUGO, qui fut aussi nommé pour meilleur film. Joe SCHENCK et la direction de la Fox acceptèrent l'offre de fusion ; Spyros SKOURAS, futur gérant des théâtres de la côte ouest de la Fox (avant d'être encore plus tard président de la nouvelle société), contribua à la réussite de cette fusion. Bien que Twentieth Century fut le principal organisateur de cette fusion, elle n'était qu'un nain par rapport à la Fox. Dans cet esprit, les analystes s'attendaient à ce que la nouvelle société se nomme « Fox-Twentieth Century ». Il n'en fut rien puisque la société s'appela The Twentieth Century-Fox Film Corporation (le trait d'union fut abandonné en 1985), qui débuta ses activités le 31 mai 1935. SCHENCK devint chef de la direction, tandis que KENT resta président. ZANUCK fut nommé vice-président chargé de la production, remplaçant Winfield SHEEHAN. En dehors de la chaîne de théâtre, ZANUCK et SCHENCK estimaient qu'il n'y avait pas grand chose de différent entre The Twentieth Century-Fox Film Corporation et United Artists. La plus grande star du studio, Will ROGERS, mourut dans un accident d'avion une semaine après la fusion. La plus grande star féminine de la société, Janet GAYNOR, voyait sa cote de popularité plonger. Plusieurs prometteurs, dont, en tête, James DUNN et Spencer TRACY, furent renvoyés à cause de leur consommation excessive d'alcool. ZANUCK engagea rapidement plusieurs acteurs qui devaient amener Twentieth Century-Fox vers des sommets en quelques années : Tyrone POWER, Don AMECHE, Henry FONDA, Gene TIERNEY, Sonja HENIE, et Betty GRABLE. Il trouva aussi deux nouvelles personnes qui s'occuperaient des finances de la Fox : Alice FAYE et Shirley TEMPLE. Grâce aux biographies populaires et aux comédies musicales, ZANUCK réussit à ramener la Fox vers la rentabilité. Avec des records de recettes pendant la seconde guerre mondiale, la Fox dépassa RKO, et battu même la MGM, devenant ainsi le studio tiers le plus rentable. Alors que ZANUCK partit durant 18 mois pour son service militaire, son partenaire William GOETZ continua à faire des bénéfices élevés, notamment en mettant l'accent sur les émissions de divertissement. La plus grande star du studio durant cette période fut la blonde Betty GRABLE. En 1942, Spyros SKOURAS succéda à Joseph M. SCHENCK comme président du studio. Avec ZANUCK, qui revint en 1943, ils eurent l'intention de rendre la production de la Fox plus sérieuse. Durant les années suivantes, grâce à "Wilson", "Le Mur Invisible", "La Fosse aux serpents", "Boomerang !", "Le Fil du rasoir" et à "L'Héritage de la chair", ZANUCK rétablit la réputation de l'entreprise avec des films plus pensifs et adultes. La Fox se spécialisa aussi dans les adaptations de livres avec "Ben Ames Williams" (en) ou encore "Péché Mortel" (1945), qui favorisa la montée de la société. Ils développèrent également des comédies musicales de Broadway, y compris dans les films de RODGERS et HAMMERSTEIN à commencer par la version musical de "State Fair" en 1945. Suivront aussi l'année suivante "Carousel", "Le Roi et moi" et "La Mélodie du bonheur". Ils distribuèrent, sans produire, "Oklahoma !" avec le CinemaScope et en 1958 "South Pacific". Après la guerre, et avec l'avènement de la télévision, le public se délaissa du cinéma. La Fox s'accrocha à ses théâtres, jusqu'à une séparation avec ces derniers, sous ordre de la cour ; en effet, ils furent transformés en « Fox National Theaters » (Théâtres nationaux de la Fox) en 1953. Cette année-là, ils firent un pari : remarquant que les des deux films sensations de cette année avait été tournés en Cinérama, (effet qui nécessite trois projecteurs pour remplir un écran géant), et en « Vision Naturelle » 3D, (technique permettant d'obtenir des effets de profondeurs en imposant des lunettes polarisées), la Fox hypothéqua son studio pour acheter des droits à un studio français de projection anamorphique (donnant une illusion de profondeur dans un film), sans que des lunettes ne soient requises. Le président du studio conclut finalement un accord avec l'inventeur Henri CHRETIEN, laissant les autres studios de films les mains vides, et sortit, en 1953, le CinémaScope avec le film "La Tunique". Le succès de "La Tunique" fut si grand qu'en février 1953, ZANUCK annonça que tous les films de la Fox seraient désormais projetés en CinémaScope. Pour convaincre les exploitants des salles de cinéma à installer ce nouveau processus, la Fox accepta de les aider à payer les coûts de conversion (soit 25 000 $ par écran) ; et, pour ne pas que le produit ne soit délaissé, la Fox laissa tout studio rival l'utiliser. En voyant les résultats du box-office des deux films "La Tunique" et "Comment épouser un millionnaire", la Warner Bros., Universal Pictures (alors connu sous le nom de Universal-International), Columbia Pictures et Walt Disney Pictures adoptèrent rapidement ce brevet. Le CinemaScope fut rapidement un succès, mais en 1956, les chiffres montrèrent une baisse de son audience. Cette année-là, Darryl ZANUCK annonça sa démission en tant que chef de production. Officiellement attribué à un épuisement, les rumeurs voudraient que ceci soit dû à sa femme, qui l'avait menacé de divorcer, après qu'elle eut découvert une soi-disant affaire entre son mari et l'actrice Bella DARVI. ZANUCK, quant à lui, décida d'emménager à Paris en tant que producteur indépendant. Il ne mit plus les pieds en Californie pendant quinze ans.Son successeur, le producteur Buddy ADLER, mourut un an plus tard. Le président Spyros SKOURAS essaya de faire venir de nouveaux directeurs de production, bien qu'aucun n'eût le succès de ZANUCK ; c'est pourquoi la société fut en difficulté dans les années 1960. Un remake du film "Cléopâtre" de 1917 fut commencé, avec Joan COLLINS en tête. Le producteur Walter WANGER décida d'offrir un million de dollars à Elizabeth TAYLOR si elle acceptait d'être la star du film, ce qu'elle fit. Puis les coûts du film commencèrent à grimper, notamment à cause de sa romance avec Richard BURTON. Entre-temps, un remake — "Mon épouse favorite", de 1940 — entra en phase de production pour faire de rapides bénéfices, permettant à la Fox de « survivre ». Une comédie romantique, intitulée "Something's Got to Give" avec Marilyn MONROE (plus grande star de la Fox dans les années 1950) et Dean MARTIN mais réalisé par un George CUKOR troublé, prit du retard quotidiennement, ce qui provoqua une montée en flèche de son budget. À cause du budget du film "Cléopâtre", qui commençait à dépasser les dix millions de dollars, la Fox vendit une partie de ses bâtiments arrière (une zone maintenant appelée Fox City) à Alcoa en 1961 pour se refaire une trésorerie. Après plusieurs mois de maigres progrès, Marilyn MONROE fut licenciée, bien que ceci fut largement contesté. Peu après, SKOURAS proposa à ZANUCK un film épique sur la guerre, avec un très gros budget, à propos de l'invasion des Alliés en Normandie le 6 juin 1944, avec un casting phénoménal : "Le Jour le plus long". Ceci offensa ZANUCK (demeurant à l'époque le principal actionnaire de la Fox), qui voulait produire ce film depuis plusieurs années. Une fois établi le fait que le succès de "Something's Got to Give" reposait sur Marilyn MONROE, il était obligatoire qu'elle apparaisse dans le film ; c'est pourquoi SKOURAS décida de la réembaucher. Alors que le tournage devait reprendre, elle fut retrouvée morte à son domicile de Los Angeles tandis que les quelques scènes où elle apparaissait dans le film furent coupées au montage pendant plus de 40 ans. Pendant ce temps, le tournage du "Jour le plus long" continua, sous la direction de ZANUCK. Au final, ce long-métrage dura plus de trois heures, et, actuellement, est toujours considéré comme l'un des films les plus réussis sur la Seconde Guerre mondiale. Lors d'une réunion du conseil d'administration, ZANUCK essaya pendant plus de huit heures de convaincre les administrateurs que SKOURAS avait mal géré l'entreprise, et que lui seul pouvait être un bon successeur. Il fut finalement nommé, puis se fit remplacer par son fils, Richard D. ZANUCK. Ce nouveau groupe de gestion de l'entreprise se ressaisit du film "Cléopâtre", et acheva son tournage avant de fermer le studio qui l'avait réalisé et de licencier ses employés pour économiser de l'argent. Le studio fut par la suite rouvert, grâce à des articles élogieux parus dans Fox Movietone News, dont le prix de vente fut beaucoup baissé, et surtout grâce à l'immense succès de "La Mélodie du bonheur", une comédie musicale de Broadway, devenue l'un des plus gros succès du box-office mondial...


[ Fermer cette fenêtre ]