Blog de GOLDEN-AGE-OF-HOLLYWOOD Cecil BLOUNT DeMILLE, plus couramment appelé Cecil B. DeMILLE, est un réalisateur et producteur américain, né le 12 août 1881 à Ashfield, Massachusetts, États-Unis et décédé le 21 janvier 1959 à Los Angeles (Hollywood). D'abord acteur dans les années 1900, il fonda avec Jesse L. LASKY et Samuel GOLDWYN une société de production cinématographique (l'ancêtre de la Paramount) et réalisa en 1914 le premier film tourné à Hollywood, "Le Mari de l'Indienne". Grâce à ses nombreuses comédies vaudevillesques, avec Gloria SWANSON notamment, il devint l'un des réalisateurs les plus importants du cinéma muet dans les années 1920. Il se spécialisa ensuite dans les films d'aventures et historiques, tels que "Le Signe de la Croix", "Les Croisades", "Les Tuniques écarlates" (son premier film en Technicolor), "Les Naufrageurs des mers du sud", "Les Conquérants d'un nouveau monde", "Sous le plus grand chapiteau du monde" ou "Les Dix Commandements". Pionnier de son art et producteur indépendant, Cecil B. DeMILLE fut l'un des rares metteurs en scène à bénéficier d'une totale liberté artistique tout au long de sa carrière, et fut l'un des premiers à envisager le cinéma comme un divertissement pour le grand public. Grand directeur de foules, il sut imposer un style propre et reconnaissable. Républicain, fervent garant des valeurs morales de l'Amérique puritaine, il transgressa pourtant les règles de moralité imposées au cinéma par le code HAYS dans plusieurs de ses films, contenant des scènes de sensualité exacerbée ("Le Signe de la croix") ou de métaphores à caractère érotique ("Cléopâtre"). Si son nom reste aujourd'hui associé excessivement à l'idée de démesure et de gigantisme au cinéma, apparaissant comme le représentant archétypal du film biblique (il n'en tourna pourtant que quatre dans sa carrière), Cecil B. DeMILLE n'en est pas moins l'un des réalisateurs les plus importants de l'âge d'or du cinéma américain. À l'instar de David W. GRIFFITH ou Charles CHAPLIN, sa carrière a été décisive et son influence importante sur ses contemporains et les générations de cinéastes suivantes. En 1940, il tourna son premier film en technicolor, "Les Tuniques écarlates" où il retrouva Gary COOPER pour une histoire d'aventures au c½ur de la Rébellion du Nord-Ouest dans les années 1880 au Canada. Toutefois, il resta fidèle à sa manière de travailler, en studio, et l'immense majorité des décors n'étaient que des toiles peintes, à l'exception de quelques plans naturels tournés par une seconde équipe. Deux ans plus tard, il retrouva Paulette GODDARD pour "Les Naufrageurs des mers du sud", où s'affrontèrent John WAYNE et Ray MILLAND. Les scènes sous-marine permettent cette année-là à Farciot EDOUARD et Gordon JENNINGS de remporter l'Oscar des Meilleurs effets spéciaux. Après l'entrée en guerre des États-Unis, le président américain ROOSEVELT évoqua à la radio l'histoire héroïque d'un médecin, Corydon WASSELL. DeMILLE s'empara aussitôt de son histoire et fit venir le héros pour qu'il raconte ses exploits et déposa le titre de son futur film, "L'Odyssée du docteur WASSELL". À nouveau Gary COOPER fut choisi pour interpréter le héros américain. Sorti en 1944, DeMILLE rajouta à la fin du film un commentaire informant qu'un marin resté seul et probablement prisonnier venait d'être retrouvé sain et sauf. Gary COOPER est pour la dernière fois le héros d'un film de DeMILLE en 1947, où il retrouve également Paulette GODDARD, "Les Conquérants d'un nouveau monde". Le film, qui traite de l'esclavage, se place dans un contexte où le réalisateur avait refusé de s'opposer à une loi californienne qui visait à donner à tout habitant de l'État le droit au travail, qu'il fut syndiqué ou non. Deux ans plus tard, "Samson et Dalila" marqua son retour au film biblique. Les dirigeants de la Paramount Pictures, d'abord réticents à une nouvelle folie du réalisateur, le laissèrent finalement mener à bien son projet. Le film fut un énorme succès public, et rapporta près de onze millions de dollars. L'année suivante, il interpréta son propre rôle dans le célèbre "Boulevard du crépuscule" de Billy WILDER aux côtés de Gloria SWANSON, incarnant une ancienne star du muet préparant son retour. En 1952 sortit "Sous le plus grand chapiteau du monde", premier grand rôle de Charlton HESTON au cinéma. Le film, qui raconte les mésaventures d'un cirque en tournée, remporta notamment l'Oscar du meilleur film en 1953 et reçu un très bon accueil du public, et d'une partie de la critique : "La vie des coulisses, la routine quotidienne, le voyage éternel, le montage de la tente sont décrits par un véritable Victor HUGO du cinéma." Toutefois, il semblerait que Cecil B. DeMILLE ne s'attarda pas longtemps avant de se consacrer entièrement à son ultime film, un remake de sa propre ½uvre de 1923, "Les Dix Commandements". Des moyens colossaux furent déployés : plus de trois ans d'écriture, des mois de repérage, 15 000 animaux, près de 20 000 figurants, sept mois de tournage dont plusieurs séquences ont été tournées en Égypte. Déjà âgé, le réalisateur fut victime d'une crise cardiaque, mais revint le lendemain pour terminer son travail. Le film, qui fut présenté à New York le 9 novembre 1956, fut un triomphe mondial et plusieurs scènes appartiennent aujourd'hui à la légende de cinéma (L'Exode ou l'ouverture de la mer Rouge).


[ Fermer cette fenêtre ]